Les histoires d'un monde qui change.

L'entreprise Bienauchaud, chauffagiste (dé)connecté !

M. Bienauchaud dirige depuis 30 ans maintenant l’entreprise qu’il a créée avec sa femme : leur nom est localement reconnu et quand on a besoin d’installer, de rénover, ou de réparer son installation de chauffages, il est fort probable qu’on les appelle pour un devis.

Chauffagiste

Thanks to Freepik Eau vecteur créé par kubanek - fr.freepik.com

L’expertise technique accumulée par M. Bienauchaud, transmise à ses 15 salariés recrutés dans les premières années qui ont vu le démarrage foudroyant de l’activité, permet à l’entreprise d’être très appréciée par ses clients, fidèles donc, et peu regardant sur la négociation des tarifs (il le vaut bien !).

Il n’y a pas que les clients qui sont fidèles : aucun de ses ouvriers n’a jamais émis le moindre souhait de départ. C’est que Mme Bienauchaud les dorlote aussi les ouvriers : jamais une paie en retard, des plannings bien remplis mais équilibrés, et toujours la possibilité de prendre en compte intelligemment les impondérables du quotidien.

Tout semble aller bien chez « Bienauchaud : bien chez soi » (oui : il y a des noms prédestinés pour des slogans clairs et percutants… ^^)

Et pourtant…

Oui, pourtant, depuis quelques mois, Mme Bienauchaud peine à recruter.

Il va pourtant bien falloir les remplacer Bernard et Michel : la retraite arrive ! Et ce travail assez éprouvant nourrit peu souvent des désirs de ‘rallonge’… Il y a bien tous ces jeunes en alternance qui passent, mais ceux qu’ils voudraient bien recruter -les meilleurs bien sûr- s’étonnent des modèles encore vendus et installés par BAC/BCS (c’est le nom de code qu’ils donnent rapidement à leur boîte) : l’absence de fonctions domotiques, parfois présentes sur quelques modèles, mais jamais vendues et encore moins activées les inquiète ; à l’école, on leur explique que c’est l’avenir, et que c’est là qu’il faut aller.

Résultat : aucune embauche depuis 5 ans, et les ouvriers qui vieillissent…

Oui, pourtant, depuis quelques mois, M. Bienauchaud – qui s’occupe de tous les devis, parce que «C’est stratégique !» s’évertue-t-il à répéter à ses gars – se couche en se disant qu’il a de plus en plus de demandes de systèmes de chauffage ‘modernes’ auxquelles il ne répond pas.

«Modernes !», tempête-t-il, «C’est quoi une bonne chaleur ‘moderne’ chez soi ? Il fait chaud ou il fait froid, c’est tout.» M. Bienauchaud râle alors, mais lui-même n’est pas dupe de sa mauvaise foi : il comprend très bien ce que veulent ces prospects et ses clients.

Il sait quels services numériques facilitent aujourd’hui la vie, et la qualité des systèmes chauffants. Il a bien évidemment suivi les formations du grand fabricant de chaudières avec qui il travaille depuis toujours.

C’est sûr que tout cet ‘univers numérique’, ce n’est pas la culture native de Bienauchaud, mais ils en seraient capables… si seulement il n’y avait pas un hic.

Le hic, pour M. Bienauchaud, c’est le Cheval de Troie qu’il voit dans ces services numériques et connectés… La technologie, ce n’est pas lui qui la maîtrise : c’est son fournisseur, au travers de ses machines ; et pour fonctionner ces machines ont besoin de connaître l’utilisateur, et si la machine connaît l’utilisateur, son fournisseur aussi.

En conclusion, pour M. Bienauchaud, connecter les chaudières qu’il installe, c’est donner ses clients à son fournisseur ! Hors de question.

Pourtant la vente récente par M. Piedgelé de son affaire au constructeur concurrent ne le rassure pas : en lieu et place d’un installateur indépendant, il a maintenant en face de lui un ‘simple’ concessionnaire.

Alors oui, il ira finalement demain rencontrer les experts Ready4Digital lui parler de transformation digitale, parce qu’il a bien compris qu’il n’avait plus vraiment le choix.

Vous vous reconnaissez dans les enjeux et inquiétudes de notre personnage quant à la transformation digitale ? Contactez vos consultants Ready4Digital Normandie.

Sur le même sujet

Prêt à démarrer ?

Discutons de votre projet ensemble